Actualités


Travaux soutenus par la fondation

Direct validation of aptamers as powerful tools to image solid tumor. Martínez O, Bellard E, Golzio M,...
Publié le 28-10-2015
>> Lire plus...

>> Toutes les actualités

La recherche > Les projets soutenus > IRM spectroscopie & glioblastome

Etude de la capacité de la spectroscopie par IRM à définir les zones enrichies en cellules souches tumorales chez les patients porteurs de glioblastome (STEMRI)

Publié le 06-10-2010

Coordinatrice : Elisabeth Cohen-Jonathan-Moyal
Projet financé en 2010-2012

 
Profil IRMS d’un patient traité pour un glioblastome
 

Contexte

Les glioblastomes (GBM) sont des tumeurs très agressives et radiorésistantes qui sont le plus souvent traitées par chirurgie suivie d’une radio- et chimiothérapie. Les GBM sont le plus souvent caractérisés par une récidive sur le site de la tumeur, mais des récidives à distance sont également observées. Des études récentes montrent qu’une résection totale ou quasi- totale est associée à un meilleur pronostic pour les patients ayant reçu le témozolomide pendant et après la chimio-radiothérapie post-opératoire.
L’imagerie spectroscopie de résonance magnétique (IRMS) est capable de mettre en évidence des modifications biochimiques, métaboliques et pathologiques dans le cerveau, en déterminant certains métabolites (choline (Cho), créatine (Cr), N-acétyl–aspartate (NAA), lactate marqueur de l’hypoxie et lipides). Les rapports Cho/NAA (CNI) and Cho/Cr sont positivement corrélés avec des régions à forte prolifération cellulaire et sont prédictifs du site de récidive après radio-chimiothérapie, ceci suggérant la présence de zones tumorales radiorésistantes.

Les GBM contiennent des cellules souches tumorales (GBMSC), résistantes à la chimiothérapie et la radiothérapie, et dépendantes de l’hypoxie. Ces GBMSC pourraient être responsables au moins en partie de la récidive des GBM.
 

Objectif

Sur la base des hypothèses i) qu’une résection totale après radio-chimiothérapie influence le profil de récidive, et ii) que les régions de lactate et de CNI détectées par IRMS sont des régions riches en cellules souches et donc radiorésistantes, le projet combinera une approche d’imagerie métabolique conduite chez les patients avec une approche biologique, dans le but d’étudier :
- l’impact des résections totales et presque totales sur le profil de récidive (étude rétrospective),
- l’association des marqueurs d’agressivité déterminés par l’IRSM avec des modèles biologiques spécifiques en intégrant l’IRMS dans le système de neuronavigation en chirurgie pour des patients porteurs de GBM (étude pilote prospective).
Ce travail devrait modifier le traitement standard (chirurgie / radiothérapie) en intégrant l’IRMS dans le système de neuronavigation afin d’enlever la région enrichie en GBMSC, mais également en développant des essais cliniques associant des inhibiteurs des voies de GBMSC avec la radiothérapie.
 

Mots clés

Cellules souches de gliome, chirurgie, radiothérapie, migration, hypoxie, imagerie 3D IRMS, récidive.
 

Financement accordé

  • un contrat de post-doctorante (2 ans)
  • un contrat de technicien(ne) (2 ans)
  • fonctionnement et prestations de service (2 ans)
La Région Midi-Pyrénées soutient la fondation RITC en finançant ce projet à hauteur de 50%.
 

Liste des équipes participant au projet

  •  Elisabeth Cohen-Jonathan-Moyal (Inserm UMR1037 - CRCT / Dépt de Radiothérapie (ICR)
  • Vincent Lubrano Inserm U825 / Dépt de Neurochirurgie, CHU de Toulouse
     
 


© Copyright La fondation RITC | Mentions légales | Plan du site